| | | |

Des conseils à 100 millions d’euros !

Entre 13 000 et 16 000 euros par jour de conseil, ça fait cher le conseil, mais ce constat n’est apparemment pas partagé par le gouvernement français. Savez-vous pourquoi ?

Nous savions que le gouvernement français considérait sa population, les élus locaux et son personnel soignant comme de la vermine mais à ce point là, non.

130 000 euros par semaine pour conseiller des menteurs, des incompétents et des technocrates sans âme. Voilà les missions de Mckinsey qui a déjà reçu 100 millions d’euros du gouvernement français depuis la signature du contrat il y a trois semaines.

Inutile de vous dire que cet argent est le vôtre, le notre, celui des français. Celui aussi des restaurateurs et du personnel de la culture qui sont interdits de travailler pour des raisons obscures.

Ainsi, il n’y a pas d’argent magique, sauf pour McKinsey.

Indépendamment de ce qu’on pense du vaccin, la France est le pays qui vaccine le moins au monde, compte-tenu des autres pays.

Alors on peut raisonnablement se demander ce que fait réellement cette entreprise de conseil privé depuis la signature du contrat début décembre ?

Et c’est là qu’on vous propose d’en savoir un peu plus sur Mckinsey, attachez vos ceintures, direction indécence.

Cette entreprise s’est fait connaître du grand public par un scandale sanitaire bien connu aux USA. Alors au service de Purdue Pharma, spécialisée dans la vente de médicaments opioïdes que la justice américaine a reconnu être à l’origine de 400 000 décès en 20 ans.

Mckinsey proposait alors aux laboratoires pharmaceutiques comme Purdue Pharma de faire un rabais à chaque overdose, afin de vendre encore plus de produits qui tuaient et provoquaient ces overdoses.

Proposer une réduction sur un médicament qui provoque des overdoses à un client qui a fait une overdose, c’est du génie non ?

Le cynisme de cette entreprise est délirant. Mais c’est pourtant ces individus qui pilotent la couverture vaccinale en France aujourd’hui.

Qu’en est-il des contrats passés avec trois autres cabinets de conseil privés, tels qu’Accenture, Citwell et JLL ? La Direction générale de la santé s’est refusée à tout commentaire.
Ce n’est pas tout. Pendant les élections présidentielles de 2017, un candidat alors en pleine construction de son programme poubelle s’est attaché les services d’un membre du cabinet McKinsey. Ce candidat n’est autre qu’Emmanuel Macron lui-même.
Le gouvernement profiterait-il de la crise sanitaire pour faire des affaires ou au moins, retourner les bons services rendus entre copains véreux ?

Quoi qu’il en soit, le gouvernement français a choisi. Entre l’entreprise privée américaine qui conseille de faire du business sur la mort des gens et la diversité des compétences issue de l’hôpital public et des collectivités territoriales et locales pour gérer le vaccin, il a choisi la première option.

Entre la gratuité et la dépense surréaliste, le gouvernement a choisi.

Entre souveraineté sanitaire et scandale pharmaceutique, il a choisi.

Entre savoir-faire français et compagnie privée, il a choisi.

Nous, entre ce gouvernement et nos vies on a aussi choisi.