|

Le privé dans le public y a que ça de vrai d’après Mac manu

Dans la série des innovations bien dégueulasses, on apprend par le Canard enchaîné que l’AP-HP, bon soldat du néomanagement public qui fait du malade un client à rentabiliser, vient de faire appel à une entreprise privée afin qu’elle contribue à accélérer la sortie des patient.es. Surtout garder l’esprit de la start-up Nation en allant jusqu’à vendre comme service à l’hôpital public la dégradation des soins rendus !

La malnommée boîte privée, Noé santé, s’est installée dans les locaux des hôpitaux choisis pour l’expérimentation. Elle se permet même de conseiller aux patient.es le recours à des prestataires de services à domicile payants, se substituant de fait aux assistantes sociales et au dispositif Prado (donc le public) qui se chargent de trouver des aides afin que les soins et services de suite soient au maximum pris en charge par la sécurité sociale. Mr Hirsch aurait-il oublié que l’AP-HP possède un système d’hospitalisation à domicile ?

Ce service de sortie rapide du produit à peu près remis en état de fonctionnement est bien entendu grassement rémunéré par l’AP-HP qui a pu faire des économies en supprimant des lits, en virant des soignant.es récalcitrant.es et en faisant travailler les autres, pour une bonne part, sur la base de leur conscience professionnelle.

C’est à tous les étages que le système est pourri. Il va vraiment falloir les arrêter !