| | | |

🔢 Recensement des violences policières 👮‍♀️

Crédit : Violences Policières

Ă€ la veille d’un grand mouvement de protestation faisant craindre une rĂ©pression policière majeure sort aujourd’hui le site http://violencespolicieres.fr
Il centralise les cas de violences policières recensĂ©s par Human Rights Observers, l’Observatoire des Street-Medics, le Mur Jaune et David Dufresne.

Depuis 2018, plus de 4 400 cas et victimes de violences policières ont Ă©tĂ© recensĂ©s en France : violences au sein des manifestations, dĂ©placements forcĂ©s et vols des personnes exilĂ©es, sans abris ou sans papiers, violences quotidiennes…

Ce recensement a pour but de faciliter le travail d’investigation associatif et journalistique et d’offrir au plus grand nombre une vue d’ensemble claire et documentĂ©e de cette problĂ©matique.

Le mouvement des Gilets Jaunes a Ă©tĂ© l’objet d’une rĂ©pression d’une ampleur inĂ©dite dont les images, relayĂ©es et dĂ©noncĂ©es massivement, ont permis de diffuser largement la question des violences policières en France.

Capture d'Ă©cran issue du site http://violencespolicieres.fr
Carte de France des violences policières pendant le mouvement des Gilets Jaunes. 2828 signalements

Il a permis de mettre en lumière la dangerositĂ© des armes employĂ©es couramment en maintien de l’ordre, responsables de nombreuses mutilations :

Capture d'Ă©cran issue du site http://violencespolicieres.fr
Carte de France des violences policières : 
"Grenade GLI-F4 ou GM2L : 
9 victimes mutilées ayant perdu l'usage d'un oeil ou d'une main depuis nov 2018
17 victimes graves recensées depuis mars 2019
102 victimes recensées sur le site depuis mars 2019
17% de blessures graves ayant nécessité une prise en charge médicale."
Capture d'Ă©cran issue du site http://violencespolicieres.fr
Carte de France des violences policières : 
"Grenade de désencerclement :
9 victimes mutilées ayant perdu l'usage d'un oeil ou d'une main depuis nov 2018
24 victimes graves recensées depuis mars 2019
410 victimes recensées depuis mars 2019.
19% blessées à la tête parmi les victimes recensées."
Capture d'Ă©cran issue du site http://violencespolicieres.fr
Carte de France des violences policières : 
"Grenade lacrymogène :
5 victimes mutilées ayant perdu l'usage d'un oeil ou d'une main depuis nov 2018
16 victimes graves recensées depuis mars 2019
278 victimes recensées depuis mars 2019 
34% blessées à la tête parmi les victimes recensées."
Capture d'Ă©cran issue du site http://violencespolicieres.fr :
"Lanceur de balle de défense 
27 victimes mutilées ayant perdu l'usage d'un oeil ou d'une main depuis nov 2018
43 victimes graves recensées depuis mars 2019
622 victimes recensées depuis mars 2019
28% blessées à la tête parmi les victimes recensées."

Cette forte médiatisation peut cependant occulter les violences des autres événements (CPE en 2006, loi travail en 2016, la réforme des retraites en 2020), ainsi que les violences actuelles, moins visibles, contre les personnes exilées ou des quartiers populaires.

Des violences moins visibles, mais toujours actuelles. Chaque jour, Ă  Grande-Synthe et Calais notamment, des personnes exilĂ©es sont expulsĂ©es de leurs lieux de vie et privĂ©es de leurs affaires par les forces de l’ordre :

Capture d'Ă©cran issue du site http://violencespolicieres.fr :
"Expulsion et destruction des lieu de vie.
Plusieurs fois par semaine les personnes sont contraintes de partir de leur lieu de vie. 
ll n'est pas toujours laissé aux habitants le temps ou la possibilité de récupérer leurs tentes et affaires qui finissent souvent détruites.
15970 personnes expulsées à Calais depuis février 2022
1501 lieux de vie expulsés à Calais depuis février 2022 
5646 lieux expulsés en France depuis novembre 2018
Sources : HRO et rapports annuels de l'Observatoire des expulsions collectives de lieux de vie informels."

Ă€ l’heure actuelle, le recensement se concentre principalement sur les violences commises lors de manifestations et contre les personnes exilĂ©es. Cette prĂ©sentation est donc partielle et sous-reprĂ©sente notamment les violences « quotidiennes » commises par les agents Ă  l’occasion de leurs missions de contrĂ´le. Par ailleurs, plusieurs sources et Ă©vĂ©nements (reprĂ©sentant quelques centaines de signalements) sont toujours en cours d’analyse. Le recensement et les statistiques affichĂ©es sont amenĂ©es Ă  Ă©voluer dans les semaines Ă  venir.

Plus d’informations sur le site de Violences Policières.

Via Violences policières sur Twitter